Non à l’initiative No-Billag

22 janvier 2018

L’initiative No-Billag prétend vouloir ouvrir le paysage audiovisuel au plus grand nombre possible d’acteurs. Dans les faits, elle attaque frontalement le service public dans le domaine des médias audiovisuels. L’acceptation de l’initiative restreindrait considérablement l’accès à l’information pour les personnes en situation de handicap.

Non NoBillagLa Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, qui a été signée par la Suisse, engage les pays signataires à assurer aux personnes en situation de handicap un libre accès à l’information et à la communication. Sans service public, ce droit serait gravement menacé. 

La SSR – garante de programmes accessibles

De plus, sans la garantie d’un service public dans toutes les régions du pays et dans les quatre langues nationales, ainsi qu’un mandat public pour la fourniture d’informations équilibrées, la formation de l’opinion sur les projets soumis au vote ne serait plus assurée.

Par exemple, pour les personnes en situation de handicap sensoriel, les soutiens techniques (langue des signes, audiodescription, sous-titres) des programmes de la SSR sont particulièrement importants. De tels soutiens ne sont possibles que dans le cadre d’un mandat de service public.

Des programmes pour et de personnes avec handicap

Les taxes ne financent pas seulement la SSR, mais aussi de nombreuses petites chaînes de radio et de télévision, qui proposent des émissions pour différent groupes d’auditeurs et de téléspectateurs.

Ces programmes disparaîtraient, en cas d’acceptation de l’initiative. Plusieurs minorités perdraient ainsi un moyen important de faire entendre leur voix. La participation des personnes en situation de handicap à la vie publique serait restreinte.

La SSR a pour mandat de fournir à toutes les régions du pays des informations, de la culture et des divertissements. Elle doit également fournir une large offre d’informations et assurer, au moyen de soutiens techniques, un accès optimal à ses programmes.

INSOS Suisse dit NON à No-Billag

Sur la base de ces réflexions, INSOS Suisse, l’association de branche des institutions sociales, rejette résolument l’initiative No-Billag.

Seul un service audiovisuel public fort permet aux personnes en situation de handicap d’accéder de manière optimale à l’information et à la communication et de réduire les obstacles à cet accès.