5 mars 2015 - Communiqué de presse d'INSOS sur le développement de l'AI

Les jeunes avec handicap ont besoin de réelles chances

05 mars 2015

BERNE. Dans le cadre du développement de l’AI, le Conseil fédéral veut également favoriser l’intégration des jeunes en situation de handicap. INSOS Suisse salue ce changement de philosophie de la part de la Confédération et est favorable à une conception plus souple des mesures d’intégration. Parallèlement, l’association de branche réitère son exigence d’assurer également l’accès à une formation professionnelle aux jeunes avec des capacités réduites.

Ils existent, les cas de jeunes gens avec des capacités réduites, qui ont malgré tout pu s’intégrer dans le marché régulier du travail. Mais ils sont encore trop peu nombreux. C’est pourquoi INSOS Suisse salue l’intention du Conseil fédéral d’offrir un soutien accru pour l’intégration dans le marché régulier du travail aux enfants et aux adolescents avec des capacités réduites et des comportements problématiques ainsi qu’aux jeunes assurés avec un handicap psychique. L’association de branche nationale voit également dans ce changement de philosophie de la Confédération l’influence positive des intenses négociations qu’INSOS a menées avec l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS). INSOS Suisse est soulagée de constater que le développement de l’AI ne conduira pas à de nouvelles économies.

Accès simplifié à la formation professionnelle

Pour une intégration professionnelle réussie des jeunes avec des capacités réduites, il est très important

  • qu’ils puissent suivre une formation professionnelle initiale suffisante (formation élémentaire AI ou Formation pratique FPra selon INSOS) ;
  • que le passage dans le marché régulier du travail se fasse de manière continue et soit accompagné sur le long terme. Autrement dit : des solutions individuelles et un changement flexible de phases, respectivement, avec et sans soutien doivent être possibles.

C’est la conclusion à laquelle arrive une étude de la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse et de la Haute école intercantonale de pédagogie curative, cette étude ayant été suivie et cofinancée par INSOS Suisse.

La Confédération est maintenant invitée à mettre en œuvre ces enseignements à travers des mesures et des améliorations concrètes. Car aujourd’hui – depuis la circulaire AI 299 – les jeunes avec des capacités réduites n’ont plus accès à une formation professionnelle initiale de deux ans. Cela, parce que leurs chances de trouver une formation ou un emploi intégré ainsi qu’un revenu réduisant leur rente sont considérées comme trop faibles. Pour INSOS Suisse, cette sélection n’est pas défendable et contredit également la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, ratifiée par la Suisse, qui comprend le droit à la formation. INSOS Suisse constate maintenant avec satisfaction qu’après les dernières négociations, l’OFAS propose des solutions constructives dans ce domaine.

Conception plus souple des mesures de l’AI

La conception plus souple des mesures de l’AI représente une exigence de longue date d’INSOS Suisse. Sur les 165 entreprises formatrices membres d’INSOS Suisse, plus de 70 proposent des places d’apprentissage intégrées (« Supported Education »), en collaboration avec des entreprises du marché régulier du travail. Cette approche n’est toutefois couronnée de succès que si un encadrement professionnel (« Supported Employment ») est assuré à long terme, après la formation. Par ailleurs, il est essentiel que les jeunes puissent retourner dans le cadre protégé en cas de rechute, sans encourir de difficultés financières.

La formation comme investissement important dans le développement

La formation professionnelle représente un investissement important pour le futur développement professionnel et personnel, ainsi que pour l’autonomie de la personne. C’est pourquoi INSOS Suisse s’engage pour que le développement de l’AI offre de réelles chances d’intégration professionnelle au plus grand nombre possible de jeunes avec des capacités réduites.

Contact

Peter Saxenhofer, directeur d’INSOS Suisse, tél. 079 643 34 15