7 février 2011 - communiqué de presse d'INSOS et de CURAVIVA

Réexaminer les mesures de prévention et ne pas s'appuyer uniquement sur les certificats de travail lors du recrutement du personnel

07 février 2011

BERNE. CURAVIVA Suisse et INSOS Suisse sont profondément consternées par les actes d'abus sexuel commis par un travailleur social dans neuf homes. Il s’agit maintenant de clarifier complètement et de manière détaillée comment ceci a pu se produire. Le secteur des homes doit tirer des leçons de cet incident et les mettre en œuvre dans le cadre de mesures de prévention encore plus efficaces.

Les deux organisations faîtières nationales INSOS Suisse et CURAVIVA Suisse ainsi que leurs institutions s'engagent depuis plusieurs années dans la promotion de la prévention par diverses mesures. Il n’est malheureusement pas possible, dans les institutions comme dans tous les autres secteurs de la société, où des personnes partagent leur quotidien dans un contexte de disparité de pouvoir, d’exclure à cent pour cent les actes d’abus. L'instauration d'un climat de suspicion générale à l’égard de tous les employés du secteur des homes ne mène cependant pas à l'amélioration visée. Il est toutefois certain que tout doit être entrepris pour empêcher les actes d‘abus et que toutes les mesures de prévention antérieures doivent être réexaminées et, si nécessaire, remaniées.

La prévention commence lors du recrutement du personnel et des clarifications y afférentes. CURAVIVA Suisse et INSOS Suisse estiment qu’il est impératif que les homes et les institutions sociales ne s’appuient plus uniquement sur les certificats de travail lors du recrutement du personnel. Il est absolument nécessaire qu’ils instaurent un échange réciproque de données et d’informations, s’enquièrent des expériences faites auprès des précédents employeurs et abordent ouvertement et directement les divergences dans les indications ou les perceptions, et les vérifient. La prévention englobe également la prise au sérieux des indications des personnes nécessiteuses, à plus forte raison lorsqu’elles ont des difficultés à s'exprimer. Un climat ouvert et de vigilance doit être entretenu de manière ciblée dans l'institution et l’équipe, afin que les singularités puissent être détectées à temps, signalées en toute confiance et vérifiées. Les formations régulières pour la sensibilisation des collaborateurs constituent des mesures supplémentaires de prévention professionnelle.

Contact :

Dr Hansueli Mösle, directeur CURAVIVA Suisse
hu.moesle@curaviva.ch / 076 572 35 68

Ivo Lötscher-Zwinggi, directeur INSOS Suisse
ivo.loetscher@insos.ch / 078 753 83 00